Critique : Les Croods 2 – Un second volet qui a de la suite dans les idées

Critique : Les Croods 2 – Un second volet qui a de la suite dans les idées

Note : 3/5 ★★★☆☆

Loin d’un échec artistique, comme on aurait pu le supposer en raison de la production chaotique du film, Les Croods 2 : Une nouvelle ère s’inscrit dans la continuité du précédent opus divertissant, drôle et rythmé. Néanmoins, contrairement au premier volet de la franchise, cette suite manque d’une véritable ligne directrice, permettant de faire évoluer réellement notre famille préhistorique, tout en donnant un authentique intérêt artistique plutôt que commercial à ce second film.

Huit ans après le premier volet, les Croods reviennent pour une nouvelle aventure. À la suite des événements du premier film, notre famille recherche maintenant un lieu paisible où se reposer. Durant cette recherche, Eep et son copain Guy commencent à vouloir de plus en plus s’émanciper du reste de la famille, une volonté que ne supporte pas Grug, le père d’Eep et chef du clan. Cependant, cette divergence d’opinion va être remise en question lorsque les Croods vont découvrir un autre groupe d’individus plus évolués qu’eux, les Betterman. Ces derniers, en plus d’être des connaissances de Guy, semblent habiter dans un endroit paradisiaque. Alors qu’une menace rôde autour de ce nouveau lieu, cette rencontre entre les deux clans risque de faire des étincelles.  

Un développement qui date de la préhistoire

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Avant de s’intéresser à cette suite, il est important de se rappeler les nombreuses difficultés qu’a rencontré le film de Dreamworks avant de sortir enfin en salles. La suite des Croods est annoncée rapidement en avril 2013, avec le retour de Chris Sanders et Kirk DeMicco à la réalisation et au scénario, à la suite du succès commercial du premier volet. C’est en juin 2014 que le film présente comme date de sortie le 3 novembre 2017, la première d’une longue liste.

Effectivement, en août 2016, le film disparaît du calendrier des sorties de la 20th Century Fox, face au rachat du studio par le groupe Comcast. Une diffusion en salles par Universal Pictures (filiale de Comcast) est alors évoquée pour le courant 2018. De plus, il est annoncé à cette période, une réécriture du scénario par Dan et Kevin Hageman, le travail de Kirk De Micco et Chris Sanders ne convenait pas au studio. Au total, 6 personnes seront annoncées au scénario. En novembre 2016, le film est annulé après des doutes exprimés par Dreamworks quant à l’intérêt du projet, doutes déjà présents avant le rachat du studio. Toutefois, le film est reconfirmé en septembre 2017 pour une sortie en septembre 2020, avec un changement au niveau de la réalisation. Pour finir, en octobre 2017, Joel Crawford est annoncé à la réalisation, en plus d’un changement des producteurs derrière le film, présents néanmoins depuis le premier volet.  Notons aussi que le budget de cette suite est de 65 millions au total, alors que le premier opus présentait un budget entre 135 et 175 millions. 

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Après cette promenade de santé au niveau de la production, le film doit faire face à une nouvelle difficulté lors de sa sortie : l’épidémie du Covid-19.  Face à cette situation,  le studio décide alors de sortir le film aux États-Unis le 25 novembre 2020, puis rapidement en vidéo à la demande le jour de Noël, afin de profiter des vacances de fin d’année. Une stratégie risquée face au contexte sanitaire, mais cohérente avec un terrain dégagé de films familiaux de la part des autres studios américains au moment de la sortie (notons cependant la sortie sur Disney+ le 25 décembre également du dernier film Pixar, Soul, qui contrairement à notre famille préhistorique, n’a pas eu de diffusion en salles avant sa sortie SVOD). En France, la sortie du film était prévue pour le 2 décembre 2020, avant d’être repoussée au 23 décembre 2020, puis au 27 janvier 2021, puis au 7 avril 2021 pour profiter des vacances de Pâques, pour finalement s’arrêter sur la date du 7 juillet 2021 pendant les grandes vacances d’été.  

Après ces 8 années de péripéties, Les Croods 2 est-il à la hauteur de cette attente ou est-il une nouvelle production américaine qui cherche désespérément à profiter d’un précédent succès (en plus de créer au passage une franchise, avec toutes les difficultés qui peuvent aller avec, comme celle d’une production chaotique que le film coche déjà) ?  

Une évolution défectueuse

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Pour commencer, précisons que le film n’est pas une catastrophe comme on pouvait le penser à cause de sa création difficile. Néanmoins, il n’arrive pas à la hauteur du premier volet. N’oublions pas que, sans être le chef d’œuvre de l’animation de 2013, Les Croods a eu un très bon succès à sa sortie (aussi bien selon les spectateurs que selon la critique) donnant le sourire au studio Dreamworks après leur précédente production, Les Cinq Légendes, et son accueil un peu tiède. Le premier opus des Croods n’était pas, au niveau de son scénario, d’une grande originalité, mais il était très bien présenté, avec des réflexions malignes (comme l’allégorie de la caverne de Platon) et une intrigue prenante. De plus, le film de 2013 avait d’autres marqueurs de qualité comme un humour bien dosé, une belle direction artistique et une identité propre (ce qui était un vrai challenge face à de nombreuses œuvres similaires au concept du film : L’Âge de Glace, Dinosaure, La Famille Pierrafeu,…). Par conséquent, si la suite du film de 2013 déçoit un peu, c’est avant tout parce qu’un véritable défi était à surmonter.

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Le plus grand échec de cette suite, qui ne l’aide pas à atteindre le niveau du premier opus, est son incapacité  à présenter un enjeu clair et important pour notre famille préhistorique, permettant de la faire évoluer. Le film n’oublie pourtant pas de nous présenter, dès son introduction, deux pistes scénaristiques : la volonté d’Eep et Guy de s’émanciper de la famille (à la grande déception du chef du groupe) et l’envie de trouver un lieu paisible où pourra vivre le reste du clan. Toutefois, face à la découverte de l’habitation des Betterman, présentant une réflexion sur le jardin d’Eden comme le premier opus offrait sur la caverne de Platon, ces deux pistes vont se retrouver bouleversées. Eep souhaite alors rester avec les Betterman (ce qui annule le désir d’émancipation du jeune couple) et le reste de la famille Croods a trouvé un lieu où vivre (ce qui annule la quête de la tranquillité du groupe). Devant cette rencontre entre les deux familles, qui bloque les deux uniques enjeux présentés au début du long-métrage, le film doit pourtant continuer d’avancer.

L’œuvre met alors en place de nouvelles sous-intrigues avec de trop nombreux personnages, comme la volonté émancipatrice de la jeune Betterman ou l’envie de Mme. Betterman de marier sa fille avec Guy. Des pistes qui se retrouveront rapidement dans une impasse pour trois raisons : la difficulté de toutes les développer correctement sans allonger drastiquement la durée du film, l’absence de résolutions faciles et l’obligation d’opposer les personnages les uns aux autres sans bouleverser leur personnalité. Devant cette nouvelle impasse scénaristique, le film choisit de mettre en place, une fois de plus, une nouvelle intrigue, mais plus grande et plus trépidante, afin d’effacer le plus possible les précédents problèmes du scénario. Les pistes présentées avant cette dernière intrigue seront par conséquent réglées le plus rapidement possible, par de petites discussions entre deux scènes d’action vers la fin du film.

Avec cette nouvelle piste (permettant néanmoins de faire véritablement émerger un esprit d’aventure qui manquait), le film commence alors à accumuler les défauts propres à une intrigue qui démarre trop tard : un rythme effréné, un intérêt minime pour la nouvelle menace, des enjeux faibles,… Ayant conscience qu’une réelle implication des spectateurs devient trop difficile dans sa dernière partie, le film cherche alors à s’en dédouaner, en y apportant une importante quantité d’humour.  

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

De plus, le film ne s’abstient pas de montrer à l’écran un problème de plus en plus présent dans le cinéma américain à grand spectacle de ces dernières années, soit une menace toujours plus grande et mal amenée, afin de proposer un combat toujours plus titanesque en guise de conclusion, en espérant au passage y cacher toutes les absurdités du film.

Aux origines de la réussite

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Néanmoins, cette suite présente beaucoup de qualités, à côté de ses nombreux défauts d’écriture. Pour commencer, le film est visuellement à la hauteur de son premier volet. Les Croods 2 a l’intelligence de ne pas se reposer uniquement sur les améliorations qu’il y a eu depuis 8 ans au niveau des effets spéciaux dans l’animation mais propose, comme l’œuvre de 2013, une inventivité sur ses décors. Avec son ton coloré, il offre définitivement un style unique à cette franchise cinématographique. L’animation reste extrêmement agréable à observer et bourrée de petites idées, même devant des scènes complexes à suivre comme l’affrontement final spectaculaire. 

Une autre qualité de cette suite de la franchise The Croods est son humour. Pas aussi bon que le premier volet, notamment car le film se repose un peu trop souvent sur le même type d’humour qui consiste à montrer des objets préhistoriques destinés par la suite à devenir de grandes inventions (par exemple, l’idée d’observer une fenêtre trop longtemps depuis un canapé comme une métaphore de la télévision à notre époque), il reste dans l’ensemble aussi astucieux que bien dosé. Cet aspect comique va de pair avec une autre qualité : le rythme. Même si ce dernier présente quelques défauts, il reste agréable au visionnage et contribue grandement à effacer certaines imperfections scénaristiques comme les trop nombreuses pistes sous-exploitées en 1h30. 

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Pour finir, impossible de ne pas évoquer la famille Betterman, élément central de cette suite. Les trois personnages  ne sont pas exceptionnels mais très loin de la caricature que présentaient les trailers avant la sortie du film. Une caricature évitée grâce à un peu de profondeur, de la subtilité et de réelles motivations pour les trois membres de cette nouvelle famille. Toutefois, la mise en place de cette famille, avec celle des Croods, donne encore plus d’éléments à exploiter dans un scénario qui a déjà des difficultés à s’orienter et se fixer une ligne directrice pertinente. 

Loin d’être fade ou honteuse, cette suite aux Croods de 2013 reste divertissante. Elle présente de l’originalité et de nouveaux personnages, tout en montrant une évolution chez les protagonistes principaux. Néanmoins, même si elle regorge d’idées, la structure bancale du scénario dans son ensemble n’aide pas ce nouvel opus. Avec sa volonté d’offrir, dans un premier temps, une confrontation intime entre deux familles aux modes de vie différents, et dans un deuxième temps, une menace hors-norme afin de dénouer les blocages du scénario, nous observons un film hybride aux enjeux et volontés contradictoires. Un résultat pour cette suite qu’on pouvait pressentir dès ses origines chaotiques en production. Un comble pour un film d’animation sur les origines de l’Homme !

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *