Catégorie : Articles

Critique du film Space Jam – Nouvelle Ère Un très sage remake contemporain

Critique du film Space Jam – Nouvelle Ère Un très sage remake contemporain

Note film space jam

Dans la même veine que le premier opus de 1996, Space Jam – Nouvelle ère divertit par son côté grosse production décomplexée. Mais entre des Tunes trop sages et un LeBron coincé dans une histoire familiale très classique, le studio Warner n’oublie pas de rappeler qu’il reste avant tout la véritable et unique star du show. 

En 1996, Space Jam de Joe Pytka sortait au cinéma. Mettant en scène un match de basketball avec le plus grand joueur de l’époque Michael Jordan et les Looney Tunes, le film fut un énorme succès commercial (plus de 250 millions de dollars pour 80 de budget, des goodies, des partenariats avec de grandes marques,…). Sur une idée de l’agent du basketteur, après avoir vu le succès de quelques petits spots publicitaires entre le joueur et les personnages de la Warner Bros, Space Jam est devenu avec le temps une œuvre culte de la fin des années 1990. Malgré une animation bâclée et un scénario incohérent, le film avait rapidement obtenu la sympathie du public grâce à son ton décomplexé (blagues méta et clins d’œil aux dessins animés) et ses guests surprises (Bill Murray et d’autres sportifs célèbres du moment), sans oublier son pitch aussi amusant qu’original. 

affiche Space Jam 1996
Copyright 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

Face au succès de Space Jam, une suite fut aussitôt en construction. Un premier projet rappelant Michael Jordan dans son rôle, et Joe Pytka à la réalisation, a été très vite annulé par le basketteur. Ensuite se succèdent pendant de nombreuses années plusieurs idées comme Spy Jam porté par Jackie Chan avec des arts martiaux à la place du basket ou Race Jam dans le milieu des courses automobiles avec le pilote Jeff Gordon. D’autres pistes sont explorées avec le golfeur Tiger Woods, puis le skateboarder Tony Hawk. Cependant, le résultat au box-office du film Les Looney Tunes passent à l’action de Joe Dante ne rassure pas le studio qui fait disparaître le projet d’un nouveau volet. 

Mais à Hollywood rien n’est jamais enterré définitivement, Warner Bros annonce donc en février 2014 la mise en chantier de la suite du film de 1996. Restant finalement sur le terrain familier du basketball, le joueur des Lakers LeBron James est annoncé pour remplacer Michael Jordan. Bien que ce dernier reste toujours le plus célèbre joueur de basket de tous les temps (il suffit d’observer le succès en 2020 de la série documentaire de Netflix/ESPN The Last Dance pour voir que la popularité de Jordan n’est pas prête de disparaître), le studio a choisi la fraîcheur de LeBron pour succéder au sportif des Bulls de Chicago après avoir vu sa performance au cinéma dans la comédie de Judd Apatow, Crazy Amy.  

Après le départ de Terence Nance au début du tournage pour « divergences créatives », Malcolm D. Lee (un habitué des suites avec Scary Movie 5 en 2013, The Best Man Holiday aussi en 2013 et Barbershop 3 en 2016) réalise alors ce nouvel opus intitulé Space Jam – Nouvelle Ère (pour nous faire comprendre subtilement que ce n’est pas vraiment une suite mais plutôt un reboot) qui sort aujourd’hui au cinéma. Production légère et divertissante comme le film de 1996 ou création sans idées à part celle d’exploiter la licence toujours lucrative des Looney Tunes, quel est le résultat de ce nouveau match ? 

Un nouveau joueur entre sur le terrain 

La grande nouveauté du film par rapport à son précédent opus est la présence de LeBron James sur le terrain, succédant 25 ans plus tard à Michael Jordan. Si le film de Joe Pytka se reposait surtout sur la célébrité de son joueur professionnel pour faire avancer l’histoire, le second volet choisit  d’insérer une véritable trame narrative à son basketteur vedette. Un choix qui peut aussi s’expliquer par le fait que James est une icône médiatique moins célèbre que Jordan, surtout hors Etats-Unis, pouvant rendre l’exploitation à l’international plus complexe.

LeBron et Titi
Copyright 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

Space Jam – Nouvelle Ère raconte l’histoire d’une IA maléfique, Al-G Rhythm (Don Cheadle), qui travaille dans un espace virtuel pour la Warner. Après s’être sentie insultée par le refus de LeBron James de participer à son projet, car il ne trouve aucun intérêt à y associer son image, l’IA décide de l’envoyer avec son fils au cœur du processeur. Pour en sortir, il devra le vaincre à un match de basket. Al-G Rhythm va rapidement se rendre compte de l’intérêt de garder le fils du joueur de la NBA proche de lui. Effectivement, le jeune homme est un passionné de technologie. Un intérêt que ne comprend pas son père, qui ne souhaite le voir qu’en futur grand joueur tout comme lui. Contrairement au film de 1996, cette fois-ci, ce sont les Tunes qui vont venir aider la célébrité plutôt que l’inverse. Le match devient alors une excuse pour offrir une confrontation familiale entre deux générations qui ne se comprennent plus. 

Si nous choisissons de présenter cette trame narrative d’une manière aussi précise, c’est qu’elle reste avant tout le véritable sujet du film (et non les Tunes). Ces derniers n’arrivent qu’au bout de 25 minutes du long-métrage. Bien que le film tente d’introduire des enjeux pour les mascottes de la Warner (surtout pour Bugs Bunny), elles ne prendront jamais le pas sur le différend des James. Si nous pouvons comprendre la difficulté de présenter une histoire solide centrée sur les Tunes, nous étions loin de nous douter que celle du basketteur serait aussi présente. Même si l’ajout de profondeur n’est jamais inintéressant dans une grosse production tout public américaine, nous attendons surtout du film un divertissement autour d’une star mondiale et de héros de l’animation. Avec cette volonté d’insérer un drame familial au sein de l’œuvre, le résultat est une écriture lourde et pleine de défauts : des actes très prévisibles, des dialogues creux, une morale très niaise, des retournements de situation superficiels,… La narration du film rend l’œuvre extrêmement classique et longue, un comble pour une production qui cherche avant tout à n’être que divertissante. Même la folie toonesque n’y fait rien pour rendre le résultat plus imprévisible et loufoque. 

LeBron ballon de basket
Copyright 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

La version upgradée des Looney Tunes

Abordons maintenant l’esthétique du film. Space Jam – Nouvelle Ère propose trois visuels : de la prise de vues réelles (premier acte du film), de l’animation 2D (deuxième acte) et un mélange prise de vues réelles/animation 3D (troisième acte). Passons rapidement sur la première catégorie qui n’est utilisée que pour présenter l’intrigue banale de LeBron James d’une manière extrêmement conventionnelle pour nous focaliser sur l’animation du long-métrage. 

LeBron en 2D
Copyright 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

Avant l’affrontement final sur le terrain de basket, le recrutement et l’entraînement des personnages du film se déroulent en une animation 2D très fidèle à celle des Looney Tunes que nous avons découvert dès les années 1940. Si en 80 ans le design des protagonistes a un peu évolué, le long-métrage de Malcolm D. Lee n’offre lui aucune nouvelle idée visuelle. Les seules améliorations notables se jouent sur la vivacité des couleurs et la fluidité des mouvements, en plus de nous présenter LeBron dans la même esthétique 2D, afin de faciliter ses échanges avec Bugs Bunny et sa bande. Si nous regrettons le peu de nouveauté en 2D (l’idée étant surtout de rester fidèle), c’est avant tout parce que le travail de l’équipe technique était focalisé sur la 3D, acte ultime du long métrage. 

Les personnages expressions
Copyright 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

Transformer en 3D avec extrêmement de détails de célèbres franchises animées, connues principalement en 2D, est la grande idée actuelle afin d’innover superficiellement. Avec Space Jam – Nouvelle Ère, c’est au tour des Looney d’y passer. La transformation est extrêmement travaillée au niveau de la texture, un accomplissement qui reste très agréable pour les yeux. Mettons toutefois un petit bémol sur le faciès des personnages bourré de défauts (le strabisme de Lola Bunny, les grimaces étranges de Bugs,…), rappelant que le passage de la 2D à la 3D n’est pas uniquement qu’une question de formes. 

Nous pouvons également nous attrister de voir, finalement ici aussi, un visuel très fidèle à l’esthétique des Tunes déjà en place avec la 2D. Le but est de ne surtout pas prendre le risque d’innover même un peu le design des mascottes. La réaction du public face au premier design de Sonic en 2020 ou de Bob l’éponge et sa bande en 2015 ont définitivement coupé les envies des studios de proposer quelque chose de nouveau dans ce domaine.  

Concernant l’humour propre des Tunes, soit une violence absurde ultra forte tout en restant toujours très enfantine et malicieuse, il reste peu exploité dans ce long-métrage. Jamais mauvais, il semble néanmoins très sage, à l’image du personnage de LeBron James qui demande constamment à ses nouveaux amis de jouer au basket d’une manière réaliste et sans folie. Nous observons la bande de Bugs sans déplaisir, mais nous devons avouer qu’elle ne détonne jamais réellement. La meilleure scène des Tunes restera la séance d’entraînement dans le vaisseau qui mélange idées loufoques et rythme effréné sans jamais être illisible. Même si la créativité des personnages reste retenue, elle demeure toujours au-dessus d’un bon nombre de blagues ratées venant des autres protagonistes du film, comme les deux présentateurs du match. 

La véritable déception de cette nouvelle version animée est surtout de ne pas proposer beaucoup de nouveaux gags, pourtant possibles avec ce nouveau format, mais de se rattacher à l’humour cartoonesque classique des célèbres personnages. Nous pouvons également regretter de ne pas avoir un jeu entre les différentes animations mais plutôt des parties bien distinctes, à l’instar du scénario du film très structuré en actes. Cette version upgradée n’apporte finalement aucune évolution à la franchise des Looney Tunes, à part nous rappeler qu’elle appartient à la Warner. 

Bugs qui fait la grimace
Copyright 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

Quel est le nom du studio derrière le projet déjà ? 

Waner Bros

La véritable nouveauté du long-métrage est finalement de présenter les Tunes comme une franchise Warner, une idée qui s’oriente vers de l’humour méta, un genre comique très populaire au cinéma en ce moment (la franchise Deadpool, les films Lego, la série Community,…). Le concept apporte alors de nombreux gags amusants comme faire apparaître les Looney dans d’autres créations populaires de la Warner ou montrer des protagonistes connus du groupe dans les gradins du match de basket (le film ne dira jamais s’ils sont des PNJ ou les véritables personnages des franchises afin d’éviter la comparaison avec Ready Player One). Par cette conception, le studio démontre également à son public l’omniprésence de son image par rapport aux autres studios américains, tout en surfant sur les modes actuelles (les plateformes de jeux en ligne, Fortnite, la VR, les services de streaming,…)  sans les mépriser, comme le faisait Tom & Jerry (2021, Tim Story), précédente production de Warner dans le même genre.  

Néanmoins, même si l’exercice amuse, nous pouvons y percevoir une pointe de cynisme, visible par trois éléments. 

Premièrement, le choix des franchises n’est absolument pas fait au hasard. Nous observons surtout des clins d’œil pour des franchises ayant une prochaine sortie sur HBO Max ou au cinéma : Mémé dans Matrix à quelques mois de la présentation du quatrième volet de la saga, Bip-Bip et Coyote dans Mad Max : Fury Road en attendant le long-métrage spin-off sur Furiosa, Charlie le coq déguisé en Daenerys pour rappeler les nombreuses séries Game of Thrones qui approchent. Nous sommes tellement dans le teasing constant que nous sommes presque étonnés de ne pas avoir un petit bonus sur Dune, prochain gros blockbuster très attendu du groupe. Un petit sourire également au passage de Sam le pirate dans Casablanca, pour ne pas oublier que Warner est un acteur historique du 7ème art. 

Deuxièmement, les créations choisies ne sont que des franchises très aimées et jamais parodiées, le but étant de ne surtout pas les désacraliser. Prenons l’exemple de la Justice League qui n’est présentée que via les séries animées classiques et les films de Patty Jenkins, productions beaucoup plus appréciées d’une manière générale que celles de Zack Snyder ou David Ayer. 

Troisièmement, nous remarquons surtout des choix qui sont le résultat de négociations avec les détenteurs des accords d’utilisation des œuvres. Si vous vous demandez pourquoi la scène de Lola Bunny à Themyscira est en animation ou pourquoi les Tunes se déguisent en personnages célèbres plutôt que de converser avec eux, c’est avant tout parce que les acteurs qui interprètent les héros ou les droits d’images des films étaient trop chers. Si la présence des Tunes met du temps à arriver dans le long-métrage, au profit de longues scènes avec LeBron James et sa famille, c’est aussi parce que c’est moins long et coûteux à produire. Si ce n’est que lors du match final que nous observons les Looney en 3D, c’est toujours une question d’argent. Pour conclure, tout ceci reste assez calculé et limite grandement l’interaction folle des Tunes avec les autres univers du groupe. 

décor match de basket
Copyright 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved

Remake version 2021 du film de Pytka, Space Jam – Nouvelle Ère n’offre pas plus qu’une animation sans grande nouveauté, une dramaturgie lourde autour de la star LeBron James et un zapping frénétique utilisé comme une bande-annonce géante des prochaines productions de la Warner. Un peu plus d’originalité dans ce divertissement était attendue, un état général qui rappelle au public l’absence de prises de risques de nos jours sur les grosses cartouches des puissants studios américains, cherchant plus à se rentabiliser qu’à innover. Nous pouvons espérer, avec le succès en salles actuellement aux Etats-Unis de Space Jam – Nouvelle ère, que Warner soit rassuré afin d’avoir envie, lors d’un éventuel troisième volet, de se diriger vers un univers plus inédit. Parmi les projets évoqués dans le cas d’une suite, celui avec Dwayne Johnson sort du lot, The Rock a déjà démontré plus d’une fois dans ses films être extrêmement à l’aise avec l’autodérision. Cet opus se déroulerait dans le milieu  très superficiel et encore assez peu exploité au cinéma du catch, un endroit parfait pour les absurdes violences cartoonesques des Looney Tunes .

Mamie Looney Tunes et son Martini
Cannes | Satoshi Kon par Pascal-Alex Vincent

Cannes | Satoshi Kon par Pascal-Alex Vincent

(c) Laurent Koffel

Dans le cadre de la prestigieuse programmation Cannes Classics, le public cannois a pu découvrir en avant-première mondiale, le documentaire de Pascal-Alex Vincent sur la légende de l’animation japonaise Satoshi Kon.

Mangaka et réalisateur de quatre films devenus immédiatement cultes (Perfect Blue, Millennium Actress, Tokyo Godfathers, et Paprika), il a été fauché au tout début de sa carrière pourtant très prometteuse en 2010. Pour un festival qui a toujours autant de difficultés à donner sa juste place à l’animation (cette édition ne dément pas ce constat), la présence de ce documentaire est très signifiante. Le réalisateur n’a d’ailleurs pas manqué de souligner le caractère inédit de la projection à Cannes, des images du réalisateur japonais.

La reconnaissance de ses pairs

Les intervenants questionnés par Pascal-Alex Vincent sont tantôt producteurs, tantôt animateurs, tantôt d’autres réalisateurs avec lesquels il a travaillé ou qu’il a inspirés. Si une constante se lit à travers les différents retours, c’est l’admiration de tous ces artisans de l’animation et du cinéma pour Satoshi Kon.

On découvre ainsi qu’il a inspiré de très grands noms comme Darren Aronofsky (Requiem for a dream), Marc Caro (La Cité des enfants perdus), Rodney Rothman (Spider-Man : New Generation) ou Jérémy Clapin (J’ai perdu mon corps). Aucun ne tarit d’éloges à propos de l’œuvre du réalisateur. C’est un visionnaire qui allait au-delà des codes de l’animation japonaise qui avaient cours jusqu’alors. Il a su définir en quelques films une “patte Satoshi Kon” si singulière. Ses œuvres s’absolvent du médium de l’animation, en proposant une mise en scène et une réalisation entreprenantes et précurseurs. Satoshi Kon s’est par ailleurs particulièrement illustré dans son dernier long métrage Paprika, adaptation d’un roman japonais réputé inadaptable.

Une personnalité ambivalente

C’est un grand poncif, les génies sont difficiles. Satoshi Kon ne déroge pas vraiment à la règle, malgré un côté attachant que toutes et tous s’accordent à lui attribuer. En effet, c’est un “sale type”, tous ses collaborateurs (chacun avec ses propres mots) ont été obligés de l’admettre. 

Très sûr de ce qu’il voulait et très exigeant, il ne mâchait pas ses mots et parlait avec une grande franchise. Un trait de caractère assez peu commun au Japon, où le tatemae (très grande politesse dont les Japonais font preuve dans leurs relations publiques, ndlr.) est toujours très implanté, notamment au travail. Sa personnalité lui a également valu des déconvenues dans ses collaborations. On citera entre autres le manga inachevé qu’il écrivait avec Mamoru Oshii (Seraphim) ou le refus du compositeur de Paprika de participer à son prochain film The dreaming machine (qui ne verra finalement jamais le jour).

Son engagement pour l’industrie de l’animation

Au-delà de son caractère assez particulier, Satoshi Kon était un grand défenseur des travailleurs de l’animation. On peut ainsi trouver dans Perfect Blue tout un discours sur les conditions de travail des idoles japonaises et les dérives de ce milieu. Mais on peut entre autres y lire un parallèle avec le milieu de l’animation au Japon. Après tout, Satoshi Kon avait raconté à une animatrice avec qui il travaillait, que le personnage principal était une représentation de lui-même.

Son engagement n’est d’ailleurs pas resté purement symbolique puisque pendant la production de ses films Satoshi Kon s’évertuait à payer ses animateurs à un prix décent. Une volonté qui ne va évidemment pas sans problématiques financières (Kon ayant déjà des difficultés à faire produire ses films sachant le petit succès qu’avaient ses œuvres auprès du grand public).

Le film aura une sortie événement en France puis une diffusion sur OCS à partir du 4 août (le documentaire étant estampillé OCS Signature). On vous encourage fortement à sauter sur l’occasion pour voir ce documentaire. Mais aussi et surtout, on vous encourage à aller découvrir les films et série de Satoshi Kon dès que vous le pouvez. L’occasion de découvrir ou de redécouvrir son œuvre !

Tokyo Godfathers, Satoshi Kon (2003)

Critique : Les Croods 2 – Un second volet qui a de la suite dans les idées

Critique : Les Croods 2 – Un second volet qui a de la suite dans les idées

Note : 3/5 ★★★☆☆

Loin d’un échec artistique, comme on aurait pu le supposer en raison de la production chaotique du film, Les Croods 2 : Une nouvelle ère s’inscrit dans la continuité du précédent opus divertissant, drôle et rythmé. Néanmoins, contrairement au premier volet de la franchise, cette suite manque d’une véritable ligne directrice, permettant de faire évoluer réellement notre famille préhistorique, tout en donnant un authentique intérêt artistique plutôt que commercial à ce second film.

Huit ans après le premier volet, les Croods reviennent pour une nouvelle aventure. À la suite des événements du premier film, notre famille recherche maintenant un lieu paisible où se reposer. Durant cette recherche, Eep et son copain Guy commencent à vouloir de plus en plus s’émanciper du reste de la famille, une volonté que ne supporte pas Grug, le père d’Eep et chef du clan. Cependant, cette divergence d’opinion va être remise en question lorsque les Croods vont découvrir un autre groupe d’individus plus évolués qu’eux, les Betterman. Ces derniers, en plus d’être des connaissances de Guy, semblent habiter dans un endroit paradisiaque. Alors qu’une menace rôde autour de ce nouveau lieu, cette rencontre entre les deux clans risque de faire des étincelles.  

Un développement qui date de la préhistoire

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Avant de s’intéresser à cette suite, il est important de se rappeler les nombreuses difficultés qu’a rencontré le film de Dreamworks avant de sortir enfin en salles. La suite des Croods est annoncée rapidement en avril 2013, avec le retour de Chris Sanders et Kirk DeMicco à la réalisation et au scénario, à la suite du succès commercial du premier volet. C’est en juin 2014 que le film présente comme date de sortie le 3 novembre 2017, la première d’une longue liste.

Effectivement, en août 2016, le film disparaît du calendrier des sorties de la 20th Century Fox, face au rachat du studio par le groupe Comcast. Une diffusion en salles par Universal Pictures (filiale de Comcast) est alors évoquée pour le courant 2018. De plus, il est annoncé à cette période, une réécriture du scénario par Dan et Kevin Hageman, le travail de Kirk De Micco et Chris Sanders ne convenait pas au studio. Au total, 6 personnes seront annoncées au scénario. En novembre 2016, le film est annulé après des doutes exprimés par Dreamworks quant à l’intérêt du projet, doutes déjà présents avant le rachat du studio. Toutefois, le film est reconfirmé en septembre 2017 pour une sortie en septembre 2020, avec un changement au niveau de la réalisation. Pour finir, en octobre 2017, Joel Crawford est annoncé à la réalisation, en plus d’un changement des producteurs derrière le film, présents néanmoins depuis le premier volet.  Notons aussi que le budget de cette suite est de 65 millions au total, alors que le premier opus présentait un budget entre 135 et 175 millions. 

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Après cette promenade de santé au niveau de la production, le film doit faire face à une nouvelle difficulté lors de sa sortie : l’épidémie du Covid-19.  Face à cette situation,  le studio décide alors de sortir le film aux États-Unis le 25 novembre 2020, puis rapidement en vidéo à la demande le jour de Noël, afin de profiter des vacances de fin d’année. Une stratégie risquée face au contexte sanitaire, mais cohérente avec un terrain dégagé de films familiaux de la part des autres studios américains au moment de la sortie (notons cependant la sortie sur Disney+ le 25 décembre également du dernier film Pixar, Soul, qui contrairement à notre famille préhistorique, n’a pas eu de diffusion en salles avant sa sortie SVOD). En France, la sortie du film était prévue pour le 2 décembre 2020, avant d’être repoussée au 23 décembre 2020, puis au 27 janvier 2021, puis au 7 avril 2021 pour profiter des vacances de Pâques, pour finalement s’arrêter sur la date du 7 juillet 2021 pendant les grandes vacances d’été.  

Après ces 8 années de péripéties, Les Croods 2 est-il à la hauteur de cette attente ou est-il une nouvelle production américaine qui cherche désespérément à profiter d’un précédent succès (en plus de créer au passage une franchise, avec toutes les difficultés qui peuvent aller avec, comme celle d’une production chaotique que le film coche déjà) ?  

Une évolution défectueuse

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Pour commencer, précisons que le film n’est pas une catastrophe comme on pouvait le penser à cause de sa création difficile. Néanmoins, il n’arrive pas à la hauteur du premier volet. N’oublions pas que, sans être le chef d’œuvre de l’animation de 2013, Les Croods a eu un très bon succès à sa sortie (aussi bien selon les spectateurs que selon la critique) donnant le sourire au studio Dreamworks après leur précédente production, Les Cinq Légendes, et son accueil un peu tiède. Le premier opus des Croods n’était pas, au niveau de son scénario, d’une grande originalité, mais il était très bien présenté, avec des réflexions malignes (comme l’allégorie de la caverne de Platon) et une intrigue prenante. De plus, le film de 2013 avait d’autres marqueurs de qualité comme un humour bien dosé, une belle direction artistique et une identité propre (ce qui était un vrai challenge face à de nombreuses œuvres similaires au concept du film : L’Âge de Glace, Dinosaure, La Famille Pierrafeu,…). Par conséquent, si la suite du film de 2013 déçoit un peu, c’est avant tout parce qu’un véritable défi était à surmonter.

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Le plus grand échec de cette suite, qui ne l’aide pas à atteindre le niveau du premier opus, est son incapacité  à présenter un enjeu clair et important pour notre famille préhistorique, permettant de la faire évoluer. Le film n’oublie pourtant pas de nous présenter, dès son introduction, deux pistes scénaristiques : la volonté d’Eep et Guy de s’émanciper de la famille (à la grande déception du chef du groupe) et l’envie de trouver un lieu paisible où pourra vivre le reste du clan. Toutefois, face à la découverte de l’habitation des Betterman, présentant une réflexion sur le jardin d’Eden comme le premier opus offrait sur la caverne de Platon, ces deux pistes vont se retrouver bouleversées. Eep souhaite alors rester avec les Betterman (ce qui annule le désir d’émancipation du jeune couple) et le reste de la famille Croods a trouvé un lieu où vivre (ce qui annule la quête de la tranquillité du groupe). Devant cette rencontre entre les deux familles, qui bloque les deux uniques enjeux présentés au début du long-métrage, le film doit pourtant continuer d’avancer.

L’œuvre met alors en place de nouvelles sous-intrigues avec de trop nombreux personnages, comme la volonté émancipatrice de la jeune Betterman ou l’envie de Mme. Betterman de marier sa fille avec Guy. Des pistes qui se retrouveront rapidement dans une impasse pour trois raisons : la difficulté de toutes les développer correctement sans allonger drastiquement la durée du film, l’absence de résolutions faciles et l’obligation d’opposer les personnages les uns aux autres sans bouleverser leur personnalité. Devant cette nouvelle impasse scénaristique, le film choisit de mettre en place, une fois de plus, une nouvelle intrigue, mais plus grande et plus trépidante, afin d’effacer le plus possible les précédents problèmes du scénario. Les pistes présentées avant cette dernière intrigue seront par conséquent réglées le plus rapidement possible, par de petites discussions entre deux scènes d’action vers la fin du film.

Avec cette nouvelle piste (permettant néanmoins de faire véritablement émerger un esprit d’aventure qui manquait), le film commence alors à accumuler les défauts propres à une intrigue qui démarre trop tard : un rythme effréné, un intérêt minime pour la nouvelle menace, des enjeux faibles,… Ayant conscience qu’une réelle implication des spectateurs devient trop difficile dans sa dernière partie, le film cherche alors à s’en dédouaner, en y apportant une importante quantité d’humour.  

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

De plus, le film ne s’abstient pas de montrer à l’écran un problème de plus en plus présent dans le cinéma américain à grand spectacle de ces dernières années, soit une menace toujours plus grande et mal amenée, afin de proposer un combat toujours plus titanesque en guise de conclusion, en espérant au passage y cacher toutes les absurdités du film.

Aux origines de la réussite

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Néanmoins, cette suite présente beaucoup de qualités, à côté de ses nombreux défauts d’écriture. Pour commencer, le film est visuellement à la hauteur de son premier volet. Les Croods 2 a l’intelligence de ne pas se reposer uniquement sur les améliorations qu’il y a eu depuis 8 ans au niveau des effets spéciaux dans l’animation mais propose, comme l’œuvre de 2013, une inventivité sur ses décors. Avec son ton coloré, il offre définitivement un style unique à cette franchise cinématographique. L’animation reste extrêmement agréable à observer et bourrée de petites idées, même devant des scènes complexes à suivre comme l’affrontement final spectaculaire. 

Une autre qualité de cette suite de la franchise The Croods est son humour. Pas aussi bon que le premier volet, notamment car le film se repose un peu trop souvent sur le même type d’humour qui consiste à montrer des objets préhistoriques destinés par la suite à devenir de grandes inventions (par exemple, l’idée d’observer une fenêtre trop longtemps depuis un canapé comme une métaphore de la télévision à notre époque), il reste dans l’ensemble aussi astucieux que bien dosé. Cet aspect comique va de pair avec une autre qualité : le rythme. Même si ce dernier présente quelques défauts, il reste agréable au visionnage et contribue grandement à effacer certaines imperfections scénaristiques comme les trop nombreuses pistes sous-exploitées en 1h30. 

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.

Pour finir, impossible de ne pas évoquer la famille Betterman, élément central de cette suite. Les trois personnages  ne sont pas exceptionnels mais très loin de la caricature que présentaient les trailers avant la sortie du film. Une caricature évitée grâce à un peu de profondeur, de la subtilité et de réelles motivations pour les trois membres de cette nouvelle famille. Toutefois, la mise en place de cette famille, avec celle des Croods, donne encore plus d’éléments à exploiter dans un scénario qui a déjà des difficultés à s’orienter et se fixer une ligne directrice pertinente. 

Loin d’être fade ou honteuse, cette suite aux Croods de 2013 reste divertissante. Elle présente de l’originalité et de nouveaux personnages, tout en montrant une évolution chez les protagonistes principaux. Néanmoins, même si elle regorge d’idées, la structure bancale du scénario dans son ensemble n’aide pas ce nouvel opus. Avec sa volonté d’offrir, dans un premier temps, une confrontation intime entre deux familles aux modes de vie différents, et dans un deuxième temps, une menace hors-norme afin de dénouer les blocages du scénario, nous observons un film hybride aux enjeux et volontés contradictoires. Un résultat pour cette suite qu’on pouvait pressentir dès ses origines chaotiques en production. Un comble pour un film d’animation sur les origines de l’Homme !

Copyright 2020 DreamWorks Animation LLC. All Rights Reserved.
Critique : Luca – Vacances romaines version Pixar, l’oisiveté en moins

Critique : Luca – Vacances romaines version Pixar, l’oisiveté en moins

Note : 3/5 ★★★☆☆

Malgré le grand amour d’Enrico Casarosa pour son pays natal, une direction artistique soignée et les nombreuses références présentes (Vacances romaines, Call me by your name, La Petite Sirène), Luca déçoit. Présenté comme une parenthèse enchantée italienne sans prétention, la nouvelle production Pixar est plutôt un film classique avec des faux enjeux dramatiques mal amenés et des personnages peu profonds. Après Soul, jugé trop adulte, voici Luca, trop enfantin. 

Il y a 11 ans que Toy Story 3 est sorti. Cela fait donc plus d’une décennie que le studio Pixar, en collaboration avec Disney, n’a pas offert un nouveau chef d’œuvre de l’animation à son public. Loin de dire que les 12 films qui ont suivi le troisième volet des aventures de Buzz l’éclair et du cowboy Woody sont de mauvaises productions artistiques, mais le niveau des grandes créations du groupe comme 1001 Pattes (1998), Monstres et Cie (2001) ou Là-Haut (2009) n’a plus été égalé depuis longtemps. Depuis 2010, les œuvres du studio pourraient se répartir en 3 catégories : les films avec un concept/univers très intéressant mais pas assez exploité voire simplifié (Vice-versa en 2015, Coco en 2017, En Avant en 2020, Soul en 2020), les films assez oubliables (Rebelle en 2012, Le Voyage d’Arlo en 2015) et les films qui exploitent un succès précédent, sans réussir à être à son niveau, afin de garantir la stabilité financière au groupe (Cars 2 en 2011, Monstres Academy en 2013, Le monde de Dory en 2016, Cars 3 en 2017, Les Indestructibles 2 en 2018, Toy Story 4 en 2019). Ces films sont réussis dans l’ensemble. Cependant, Pixar nous a tellement habitués à enchaîner les chefs d’œuvres durant ses 15 premières années que les critiques comme les spectateurs sont devenus très (trop ?) exigeants devant chaque nouvelle création du studio. Avec Luca, premier long-métrage d’animation d’Enrico Casarosa, Pixar et Disney ont-ils changé la donne ? 

Les vacances romaines d’Ariel

Cette nouvelle production raconte l’histoire de Luca, monstre marin qui souhaite s’évader de son milieu aquatique. Avec son nouvel ami Alberto, il va découvrir le monde des humains, plus particulièrement celui des Italiens, et y faire la connaissance de Guilia, en vacances chez son père pour l’été. Tous les trois, ils vont s’entraîner pour gagner la course annuelle, dont le prix leur permettra d’acheter une moto Vespa, grâce à laquelle ils pourront s’évader toujours plus loin dans ce pays d’Europe du sud. Avec cette histoire, Pixar cherche à mettre en avant deux concepts. 

Le premier concept est une confrontation entre deux civilisations, celle qui habite la Terre et celle qui habite la mer. Un choc illustré par les deux garçons, qui cherchent à cacher leurs origines marines afin de découvrir les occupations du monde au-dessus de l’eau. Une approche qui rappelle un classique de Disney : La Petite Sirène (1989) de Ron Clements et John Musker. Cependant, pour créer une rencontre entre deux univers, il faut pouvoir démontrer clairement les différences de chaque espèce. Si le monde des humains est traité, notamment en présentant les traditions italiennes (nous allons y revenir), le monde sous l’océan est bien trop vite expédié dans l’introduction du long-métrage. Comment nous intéresser à Luca alors que ses origines, qui amènent le garçon à s’émanciper, sont aussi peu exploitées ? Ce problème de caractérisation est malheureusement présent pour tous les personnages. Enfants comme adultes, les protagonistes du long-métrage ne sont que des notions ou idées, plutôt que de véritables âmes élaborées. La trame narrative du monstre marin se déroule alors sans émotion, le résultat d’une écriture peu réfléchie. Casarosa cherche à présenter un moment de vie dans une Italie idéalisée. Pour cela, il ne faut pas confondre enjeux légers avec écriture légère. Cet état est-il toujours lié aux créatures marines ? La Petite Sirène manquait également de profondeur dans son écriture. Cependant, Luca se distingue d’Ariel par son décor, deuxième concept du film. 

L’univers du long-métrage est très chaleureux, avec ses couleurs mais également avec ses nombreux détails, qui font vivre toujours plus l’âme du pays. L’animation de Luca permet de mettre en avant cette atmosphère lumineuse et surnaturelle en mélangeant de la 3D, utilisée surtout pour les personnages, et de la 2D, utilisée surtout pour les espaces. De cet effet résulte alors des protagonistes très vivants dans un lieu particulièrement figé, ce qui permet d’appuyer la parenthèse enchantée que souhaite offrir le réalisateur. Un choix visuel très réussi qui donne souvent l’impression aux spectateurs de se retrouver dans de véritables peintures. Cette esthétique nous fait alors facilement oublier la superficialité de l’univers offert par Pixar. Une superficialité néanmoins très tenace, notamment avec les trop nombreux stéréotypes sur la culture italienne, ou le décor qui reste une toile de fond plutôt que le véritable sujet du film. Toutefois, l’univers méditerranéen de Luca se distingue par son envie d’émerveiller. Contrairement à la sphère de la sirène du royaume d’Atlantica, aussi dense qu’une glace au soleil, celle de Luca est riche de détails. Avec son premier long-métrage, Enrico Casarosa souhaite présenter son pays natal, l’Italie, sous toutes ses formes. Foot, pâtes et café, tout y est pour nous rappeler ce lieu d’Europe du Sud. Un décor observé sous les prismes du soleil, des vacances et de l’amitié. Néanmoins, cette oisiveté sous le climat italien est très vite rattrapée par des impératifs commerciaux. 

Un film avec trop d’enjeu pour être léger

Le film de Casarosa se veut être une parenthèse enchantée qui rime avec évasion. Ce n’est pas un hasard si Luca cumule les clins d’œil à Vacances romaines (1953, William Wyler) ou que le réalisateur cite souvent Call me by your name (2017, Luca Guadagnino) durant les interviews. Ces deux long-métrages représentent cette même mouvance dans un décor identique. Si on peut applaudir l’envie du metteur en scène d’offrir à son public une création fine et sobre sans d’importants enjeux narratifs, on est déçu de remarquer que le film n’assume pas son propos sur la longueur. Cette légèreté est présente au début de l’œuvre, avec une amitié qui se construit de jour en jour entre Luca et Alberto, parallèlement au véhicule qui rapproche les deux garçons. Ces moments sont par ailleurs les plus beaux passages de la production.

Cependant, le film s’essouffle rapidement avec cette approche et décide de mettre en place un récit plus familier pour y remédier. On oublie l’amitié naissante entre deux enfants afin de proposer des éléments classiques avec moins de prises de risques. Nous observons alors la création d’un but commun (gagner une course), des antagonistes sans profondeur (la terreur Ercole), une nouvelle alliée (Guilia), une pression générale (l’ensemble des habitants de la ville, dont le père de Guilia et son chat, pouvant découvrir la véritable origine des deux garçons) et une menace constante (les parents de Luca). Face à tous ces éléments, le film trace alors sa route sans difficultés, enchaînant pistes prévisibles (la découverte du secret, le résultat de la course) et absurdités scénaristiques (la course reste équitable pour le jury alors qu’on peut y participer seul ou à plusieurs, on mélange des épreuves gustatives et sportives et on s’étonne ensuite que des participants comme Guilia vomissent,…). Finalement, Luca a les mêmes problèmes que la précédente production Pixar : Soul. Réalisant que le concept du film est trop délicat pour entrer dans les codes du divertissement classique tout public, la production opère un changement rapide d’axe afin de devenir plus traditionnel. Dans la création de Pete Docter et Kemp Powers, on sort du monde des âmes avec ses réflexions sur le sens de la vie pour avoir sur Terre un buddy movie plus léger et comique. Dans la création de Enrico Casarosa, on sort de l’intimité d’une amitié naissante afin de mettre en place une course entre enfants comme nouvelle trame narrative, plus structurée que l’oisiveté des deux garçons. Dans les deux cas, il n’y a pas une rupture avec les propos mis en avant, mais une trahison avec la manière de les traiter pour plus de facilité et d’universalité.

Luca, un film Pixar ?

Pour finir, malgré la très belle direction artistique du film, ce dernier manque un brin de folie. Le studio Pixar est connu pour mettre en place de véritables univers narratifs et esthétiques, partant d’un high-concept pour l’exploiter le plus possible. Dans cette recherche surviennent alors des propos très profonds (le sens de la vie, l’amitié, la mort,…). Une approche qui, par les créations du groupe, bouleverse enfant comme adulte. Cette volonté est la patte connue de tous du studio. Malheureusement, elle n’est pas vraiment présente dans Luca. Une scène représente le parfait exemple de ce manque d’émerveillement : la confrontation finale entre Luca et Ercole lors de l’épreuve à vélo. Véritable climax à l’intrigue, très attendu par les spectateurs, cette lutte dans les rues italiennes devait amener autant d’exaltation que de poids aux enjeux présents lors de cette scène. Finalement, nous avons un combat très vite expédié, qui utilise très peu le potentiel d’une course dans un lieu aussi riche, avant de finir sur son dénouement prévisible et trop niais. Pixar a-t-il perdu sa magie pour l’aventure ? À titre de comparaison, en 2011, John Lasseter et Bradford Lewis présentaient dans Cars 2 une course de voiture dans un décor identique avec beaucoup plus d’ingéniosité et d’objectifs dramatiques. 

Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir. Si Luca est problématique dans son écriture et ses enjeux, il reste divertissant et agréable pour les yeux. Enrico Casarosa se permet même quelques envolées lyriques à travers les pensées de son personnage principal. Certes, elles coupent trop brutalement la trame narrative du long-métrage, ne sont pas vraiment nécessaires à l’intrigue et sont mal dosées via une présence trop forte au début pour totalement disparaître ensuite… Néanmoins, elles rappellent cette volonté du studio de chercher à surprendre toujours son spectateur par l’imagination. 

L’avenir de Pixar est plus que jamais incertain. Avec son rachat en 2006 par Mickey, qui se fait de plus en plus ressentir avec la création de la plateforme Disney+, cherchant à proposer toujours plus de contenus peu travaillés sur les succès passés du groupe (avons-nous vraiment besoin d’une série sur Doug, le chien de Là-haut, ou sur un inconnu qui travaille dans la même société que Bob et Sulli ?), l’âme de Pixar est en train de devenir un produit d’appel comme les autres. Un studio qui se retrouve en plus bouleversé, depuis 2 ans, dans sa structure par le départ de son directeur artistique, John Lasseter, après plusieurs accusations d’harcèlement sexuel.  Ayant encore une place très importante dans le monde de l’animation, l’usine à chefs d’œuvre qu’était le studio à la fin des années 1990 et dans les années 2000 est-elle en voie d’extinction ? Est-il temps de prendre des vacances définitives (mais méritées) en Italie ? 

Critique du film Les Mitchell contre les machines – Un bon divertissement animé !

Critique du film Les Mitchell contre les machines – Un bon divertissement animé !

Réalisateur : Michael Rianda (Jeff Rowe à la coréalisation)

Scénaristes : Michael Rianda & Jeff Rowe
Producteurs : Phil Lord, Christopher Miller & Kurt Albrech

Date de sortie : 30 avril 2021 sur Netflix (Monde)

Sociétés de production : Columbia Pictures, Sony Pictures Animation & Lord Miller Productions

Société de distribution : Netflix France

Durée : 1h49
Origine : Américaine
Budget : 50-100 Millions $

Distribution : Danny McBride (Rick Mitchell), Maya Rudolph (Linda Mitchell), Abbi Jacobson (Katie Mitchell), Michael Rianda (Aaron Mitchell)

Note : 3,5/5 ★★☆☆

Dans la continuité des précédentes créations de Michael Rianda, Phil Lord et Christopher Miller (la série Souvenir de Gravity Falls, Spider-Man : New Generation, les sagas Lego Movie et Jump Street), Les Mitchell contre les machines amuse tout en offrant de belles prouesses animées. Réutilisation voire parodie des codes du genre, inventivité dans les détails, rythme effréné sans rendre la narration illisible, humour correctement dosé, tout y est ! Même si le film n’offre pas une grande réflexion sur son propos comme La Grande Aventure Lego ou sur son héritage comme Spider-Man : New Generation , Les Mitchell contre les machines propose un bon divertissement à ses spectateurs.


Une production Lord et Miller contre les machines hollywoodiennes

Les Mitchell contre les machines est sans doute un des films d’animation les plus attendus en 2021. Pensé pour le grand écran avant de se retrouver sur Netflix à partir du 30 avril 2021, face à la situation des salles dans le monde à la suite de la crise sanitaire, le film réunit différents talents de l’animation grand public. Pour commencer, le film est réalisé par Michael Rianda, connu pour avoir travaillé sur de nombreux postes (notamment au scénario et à la réalisation) pour la série Souvenirs de Gravity Falls (2012-2016). Cette création Disney Channel/XD, amusante autant pour les enfants que pour les adultes, a beaucoup étonné son public de l’époque avec son humour absurde, sa tenue visuelle et sa qualité narrative. Entre le conte populaire des frères Grimm comme Hansel et Gretel et le teen movie des années 1980 comme Les Goonies, la série est encore très populaire aujourd’hui. À la co-réalisation, nous avons Jeff Rowe, ayant déjà travaillé également pour Souvenirs de Gravity Falls mais aussi pour Désenchantée (2018-…), la création médiévale d’un grand de l’animation, Matt Groening. En plus de la réalisation, Rianda et Rowe se sont occupés du scénario du long-métrage. Pour compléter l’équipe, Phil Lord et Christopher Miller (avec Kurt Albrecht) sont les producteurs du film. Ayant l’image de sales gosses depuis leurs deux films Jump Street (2012 et 2014) et leur renvoi du film Solo : A Star Wars Story (2018) après désaccords artistiques, le duo insuffle un vent de fraîcheur dans la production américaine de divertissements grand public. Une nouveauté visible dans leurs créations animées comme les films Tempête de boulettes géantes (2009 et 2013) et La Grande Aventure Lego (2014, 2017, 2017 et 2019) mais aussi Spider-Man : New Génération (2018), ayant obtenu l’Oscar du meilleur film d’animation en 2019. En une poignée de films, les deux auteurs ont mis en place un style qui leur est propre : un mélange entre une réappropriation des codes cinématographiques, un humour méta avec de nombreuses références, un rythme effréné et une utilisation très innovante de l’animation. Une vision très affirmée, qui est aussi acclamée que décriée par les spectateurs et la critique professionnelle. Appréciant ou non le travail de Lord et Miller, on ne peut pas ignorer leur compréhension du média audiovisuel et des sujets qu’ils traitent. Le film La Grande Aventure Lego a conscience que son propos obtient de la profondeur si on l’observe par l’imaginaire d’un enfant. Le film Spider-Man : New Generation a conscience de l’important héritage qu’a le super-héros Marvel. 

Avec Les Mitchell contre les machines, ces personnalités intéressantes souhaitent, pour la première fois, traiter sous un biais humoristique, l’utilisation de la technologie dans notre monde contemporain avec des concepts apocalyptiques. Quel en est le résultat ? 


Une animation intéressante contre la machine 3D classique

Méchant robot
THE MITCHELLS VS. THE MACHINES – Olivia Colman as « PAL ». Cr: ©2021 SPAI. All Rights Reserved.

Dans une production Lord et Miller, l’animation est toujours réfléchie par rapport au sujet du film. Dans La grande aventure Lego et ses suites, nous avons une 3D parfaite, notamment sur des questions de symétrie et de volume. Dans Spider-Man : New Generation, nous avons beaucoup d’effets proches du média d’origine du super-héros, c’est-à-dire les comics, avec un travail visuel sur les mouvements et l’apparition de nombreuses cases à l’écran. Pour Les Mitchell contre les machines, nous avons également une réflexion sur les possibilités de l’animation par rapport au propos du film. Pour commencer, l’animation de l’œuvre ressemble à son héroïne : Katie Mitchell. Cette dernière rêve de devenir réalisatrice pour le cinéma. Son envie s’incarne par la création de vidéos sur internet, entre la débrouille et l’abondance d’effets de style. Par conséquent, l’animation du film est à son image. Michael Rianda met en avant un visuel proche du dessin, notamment avec des personnages modulés par des coups de crayon très visibles. Afin de montrer la simplicité et l’unicité de la famille Mitchell, par rapport aux antagonistes de l’histoire, soit les machines, ces dernières se voient attribuer une animation beaucoup plus soignée avec une 3D très propre. De plus, l’esthétique de l’œuvre cherche à être le plus proche possible de son sujet principal, les créations sur les réseaux sociaux, avec une abondance d’effets tape-à-l’œil et de couleurs criardes.  

Néanmoins, l’animation du film de Rianda, malgré ses intentions, présente de nombreux défauts visuels. Nous observons souvent un mélange entre la 3D et la 2D pas très homogène. Les effets au dessin sont modulés à partir d’une conception en 3D, le film présente alors une 3D qui cherche à reproduire les effets d’une animation traditionnelle, plutôt que l’inverse. Il y a une volonté visible de rendre l’esthétique moins lisse. Des défauts qui sont volontaires afin de se rapprocher des thèmes que représente la famille Mitchell. Cependant, ces problèmes, souhaités ou non, offrent un visuel innovant par rapport au secteur de l’animation, avec ses travers habituels comme une 3D sans éclats ou une 2D trop brouillonne. Malgré tout, on ne peut qu’être satisfait de voir des graphismes personnels et réfléchis par rapport aux sujets mis en avant dans le long-métrage. Avec ou sans défauts, ce genre d’initiative assez rare dans le milieu doit être félicité.

Un bon divertissement pour lutter contre la machine classique qu’est le scénario du film

Après un passage sur l’esthétique du film, passons maintenant à son scénario, qui a déjà été esquissé.  Le film de Rianda présente la famille Mitchell, composée des parents Rick et Linda ainsi que leurs enfants Katie et Aaron. La veille du départ de l’aînée de la famille à l’université, pour y apprendre l’art cinématographique, une dispute éclate encore une fois entre elle et son père. Ce dernier, encouragé par sa femme, tente de convaincre Katie de choisir des études avec plus de débouchés professionnels. Afin de mieux comprendre la décision de sa fille, Rick décide, le lendemain matin, d’emmener Katie à l’université en voiture avec le reste de la famille. Malheureusement, sur le chemin, une révolte de robots éclate sur Terre, compliquant la virée familiale.  

Malgré l’originalité que met en avant le pitch, le sujet principal et le déroulé des événements du film sont assez classiques. L’œuvre présente un conflit générationnel amenant des propos dramatiques prévisibles : la surprotection parentale, la volonté émancipatrice des adolescents, la confiance que doit avoir un père en sa fille face aux difficultés qui se présentent,… Des enjeux peu originaux et bien mieux traités dans de nombreux autres long-métrages d’animation ces dernières années (Le Monde de Nemo, Lilo et Stitch, Les Croods, Les Indestructibles, Rebelle, Yéti et compagnie, En avant, on s’arrête là avec les exemples ?). Par conséquent, les confrontations familiales sont extrêmement mécaniques dans le scénario, afin de mettre absolument des éléments dramatiques au sein de l’aventure. Les deux autres membres de la famille, Linda et Aaron, ne sont pas assez exploités et restent secondaires. De plus, l’intrigue nous est présentée très souvent avec banalité. Il suffit d’observer sa présentation dans les cinq premières minutes du long-métrage pour comprendre que le film ne nous étonnera pas : ouverture avec un flashforward sur un moment dramatique avant de stopper l’action afin de faire apparaître en voix-off notre personnage principal  puis le reste de son équipe sur des scénettes humoristiques. 

Pour finir sur l’écriture du film de Rianda, de nombreuses pistes sont peu approfondies, à l’image du  principal antagoniste, une application mobile dont la seule volonté est de détruire les humains en punition de leurs comportements inappropriés envers les machines électroniques. Évidemment, ces reproches sont assez prévisibles dans une œuvre cherchant à jouer avec les codes du genre, comme d’autres productions Lord et Miller. Néanmoins, une meilleure réflexion dans la manière de détourner ces codes aurait été bien accueillie. Cependant, Les Mitchell contre les machines arrive à faire oublier son écriture assez paresseuse par son inventivité visuelle et son ton décalé. Le film reste extrêmement lisible malgré son rythme et ses détails ahurissants. De nombreuses idées sur la culture internet sont présentées tout au long du long-métrage avec un très bon dosage. De plus, l’œuvre est véritablement drôle, notamment car elle n’utilise pas uniquement son écriture pour susciter le rire mais aussi son cadre, son tempo, ses effets sonores, ses mouvements de caméra,… En soit, tous éléments constituant le langage cinématographique. En outre, Michael Rianda démontre qu’il n’a rien perdu depuis la série Souvenir deGravity Falls de son utilisation avec brio de l’humour absurde.


Un manque de profondeur contre la machine à divertir

The Mitchell
THE MITCHELLS VS. THE MACHINES – (L-R) Danny McBride as “Rick Mitchell” and Abbi Jacobson as “Katie Mitchell ». Cr: ©2021 SPAI. All Rights Reserved.

La force d’une production animée Lord et Miller est de surprendre son spectateur avec un propos fort qui n’était pas attendu à l’origine dans le divertissement. Prenons l’exemple de La Grande Aventure Lego qui offrait à son public une mise en abyme sur les Lego, qui étaient objets d’intérêt uniquement grâce à l’imaginaire des enfants. Une réflexion très bien amenée donnant de la perspective à un film au premier abord léger. Un point de vue qui permettait presque de nous faire oublier l’énorme vitrine publicitaire qu’est l’œuvre pour la marque de jouets. Cette volonté de Lord et Miller d’offrir, dans un premier temps, un divertissement frivole puis, dans un second temps, une pensée sur notre société est également la marque d’un autre studio d’animation important : Pixar. Malheureusement, dans Les Mitchell contre les machines comme dans les derniers films Pixar, la mise en perspective par rapport au thème mis en avant déçoit. Par son sujet, la création de Rianda met en avant des réflexions comme le pouvoir des gigantesques groupes technologiques, l’importance de la data ou la grande consommation d’écrans tactiles dans notre société actuelle. Cependant, ces propos ne sont présents qu’à travers un dialogue ou une blague entre deux personnages. Ils sont soulignés sommairement plutôt que totalement intégrés dans le scénario. Cette situation n’enlève absolument pas la qualité du film sur son aspect divertissant, mais rend l’œuvre mineure par rapport aux autres productions Lord et Miller. 

Mitchell contre les machines
Les Mitchell contre les machines Copyright 2020 Sony Pictures Entertainment Deutschland GmbH

Malgré ces quelques défauts dans son écriture, le film est généreux envers ses spectateurs avec son rythme et son humour. De plus, cette production Lord et Miller nous offre une des animations les plus intéressantes de l’année pour l’instant. On ne peut que s’attrister au final de voir le film de Michael Rianda, à cause de l’épidémie de Covid-19 et ses répercussions sur l’exploitation en salles, apparaître dans le catalogue de Netflix. En dépit des nombreuses références du film à la culture du petit écran (les vidéos sur Youtube, la communication par les réseaux sociaux, les mèmes, les simleys,…), Les Mitchell contre les machines est une œuvre à voir sur grand écran. 

Critique : Tom & Jerry, Un nouvel échec de la Warner à adapter du Hanna-Barbera

Critique : Tom & Jerry, Un nouvel échec de la Warner à adapter du Hanna-Barbera

Affiche flim Tom & Jerry le chat et la souris
Affiche du film officielle

Réalisateur : Tim Story

Date de sortie : 26 février 2021sur HBO Max (États-Unis) 19 mai 2021 lors de la réouverture des salles (France)

Société de production : Warner Animation Group

Société de distribution : Warner Bros. Pictures

Budget : 50 millions $

Durée : 1h41

Distribution : Chloë Grace Moretz (Kayla) • Michael Peña (Terrance) • Tom le chat • Jerry la souris

Note : 1,5/5 ★☆☆☆☆

Avec une mise en scène peu inspirée, une direction d’acteurs absente, un visuel live-action/animation aussi discordant et un scénario simpliste aux digressions incessantes, cette version 2021 de Tom & Jerry est un échec artistique. Le tout avec des producteurs qui souhaitent absolument toucher un jeune public sans réfléchir à la façon d’actualiser le duo mythique.

Pourquoi adapter à nouveau au cinéma Tom & Jerry aujourd’hui ? 

Pourquoi avons-nous, sur nos écrans en 2021, un nouveau film des personnages inventés par William Hanna et Joseph Barbera il y a plus de 80 ans déjà ? 

Un début de réponse se trouve dans l’aspect commercial du cinéma. C’est un fait : les films mélangeant des personnages d’animation connus du grand public et un monde similaire au nôtre constituent un genre qui fonctionne actuellement. L’exercice de style entre live-action et animation n’est pas une nouveauté. Nous avons eu Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (Robert Zemeckis, 1988), Space Jam (Joe Pytka, 1996) et Les Looney Tunes passent à l’action (Joe Dante, 2003) pour ne citer que 3 exemples avec Bugs Bunny sur 3 décennies. Mais nous pouvons observer dernièrement de très gros succès concernant ce mélange au cinéma : en 2019 avec Pokémon : Detective Pikachu (431 millions de dollars dans le monde pour un budget de 150) et en 2020 avec Sonic, le film (306 millions de dollars dans le monde pour un budget de 95 (même si ce dernier chiffre ne prend pas en compte le nouveau design du hérisson bleu après une première version désapprouvée par le public)). Des succès qui donnent alors envie à de gros studios américains de capitaliser sur leurs mythiques personnages d’animation en stock. 

De plus, ce style cinématographique et familial fonctionne très bien en vidéo à la demande. Une exploitation qui est utilisée de plus en plus comme refuge par les studios américains afin de rentabiliser au maximum le coût de production des films, quand l’exploitation en salles est difficile à mettre en place, comme actuellement avec l’épidémie de Covid-19. Prenons l’exemple du film Scooby ! mettant en avant, comme Tom & Jerry, des personnages d’Hanna-Barbera Productions tels que les membres de la Mystery Machine, Captaine Caverne, Satanas et Diabolo. Le film a été plus proche de l’échec que du succès en France lors de sa sortie en salles. Il obtient une critique presse tiède (ce qui est compréhensible car le film n’avait pas une autre ambition que de mettre en place un univers à la Marvel avec les personnages d’Hanna-Barbera). Son nombre d’entrées est également décevant, mais on notera quand même un total de 760 000 tickets dans un contexte sanitaire particulier. Toutefois, du côté des Américains, le film est sorti directement en vidéo à la demande et ce choix a été salutaire. Même si la Warner n’a pas rendu public le résultat, de nombreux indices nous prouvent que ce mode d’exploitation a fonctionné, comme le fait que le film soit resté plusieurs jours à la suite dans le top des plateformes VOD ou qu’il aurait battu Les Trolls 2 Tournée mondiale et son score de 40 millions de dollars en 3 jours. Un succès démontrant l’intérêt du public pour les personnages d’animation d’Hanna-Barbera encore en 2021.

Cependant, ces arguments financiers ne doivent pas faire oublier l’aspect artistique. Pour comprendre tous les enjeux au cinéma du chat gris et de la souris marron, faisons un rapide retour sur la nature du duo. 

En février 1940, les réalisateurs William Hanna et Joseph Barbera inventent Tom & Jerry pour la chaîne américaine CBS. À l’origine, le duo est diffusé sous la forme de petits courts-métrages d’animation de maximum 10 minutes.  Les épisodes présentent alors des disputes entre un chat et une souris sur un modèle comique proche du slapstick. Face au succès du duo (au total 7 oscars du meilleur court-métrage d’animation quand même) la machine américaine va se lancer avec d’autres courts-métrages, des séries dérivées, un film en 1992 au cinéma et des téléfilms à partir du début des années 2000. Ce sont les deux derniers formats qui nous intéressent ici.

Comme nous pouvons le constater, les péripéties de Tom et Jerry sont présentées à l’origine sous la forme de courtes histoires, avec une petite narration se focalisant surtout sur de l’humour visuel. Cependant, avec un format étendu à plus d’une heure, le duo ne peut plus se reposer, pour une question de rythme, sur son concept original. Il doit s’orienter vers de nouvelles pistes afin d’être toujours pertinent. Par exemple, face à cette situation, les téléfilms ont choisi d’allier le duo à d’autres univers connus du grand public : Tom et Jerry : La course de l’année (2005) pour jouer avec l’univers des circuits automobiles, Tom et Jerry et la chasse au trésor (2006) pour jouer avec l’univers des pirates, Tom et Jerry : Elémentaire, mon cher Jerry (2010) pour jouer avec l’univers policier de Sir Arthur Conan Doyle ou dernièrement Tom et Jerry au pays de Charlie et la chocolaterie (2017) pour jouer avec les romans de Roald Dahl. Une autre option, pour présenter le duo sous un format plus étiré, est de faire évoluer la mythologie des personnages, comme le long-métrage de 1992, unique film Tom & Jerry ayant eu une diffusion au cinéma, qui présente la voix des deux animaux pour la première fois aux spectateurs (pour finalement ne rien dire d’intéressant). Un essai qui se solde par un véritable échec d’un point de vue commercial (seulement 3,6 millions de dollars au box-office pour un budget de 3,5) mais également d’un point de vue artistique. Il faut dire que les déceptions étaient nombreuses pour une première au cinéma : une histoire aussi peu intéressante que très éloignée du duo (le sujet principal du film n’étant pas Tom et Jerry mais le kidnapping d’une petite fille par sa tante dans le but de gagner de l’argent), une animation datée avant même sa sortie, un rythme très lent et de trop nombreux numéros musicaux faisant passer La mélodie du bonheur pour un film muet.

Pour finir cette remise en contexte, ce nouveau film Tom & Jerry est également la possibilité d’offrir à nouveau un bon film d’animation aux spectateurs de la part du tout jeune, mais déjà important, studio Warner Animation Group, après une baisse de qualité visible dans les dernières productions (à l’exception du très intelligent Yéti et compagnie). Pour rappel, ce studio a été fondé en 2013 afin d’offrir une filiale d’animation  pour le cinéma (ayant déjà une filiale pour la télévision) à Warner Bros. Entertainment depuis la disparition de Warner Bros. Feature Animation en 2003. Sept films au total depuis sa création avec La Grande aventure Lego (2014), Cigognes et compagnie (2016), Lego Batman, le film (2017), Lego Ninjago, le film (2017), Yéti et compagnie (2018), La grande Aventure Lego 2 (2019) et Scooby ! (2020), la filiale a offert à son public des œuvres de qualité, mélangeant histoires originales pour enfants et adultes avec un rythme comique extrêmement précis, accompagné d’une écriture intelligente (entre la méta-référence, le film-concept et la réutilisation voire transformation de mythes). Cependant, un essoufflement créatif se fait ressentir récemment dans les dernières créations du studio, notamment avec l’utilisation poussive de la licence Lego et la volonté d’en créer une autre avec Scooby-Doo.  

Devant cette (longue) introduction mettant en avant le possible succès financier pour ce genre de long-métrage aujourd’hui, mais également les difficultés de faire un film Tom & Jerry pertinent sous un format cinématographique, que vaut alors cette version 2021 du chat et de la souris ?

Ce nouveau long-métrage du duo iconique d’Hannah et Barbera est loupé sur tellement d’aspects qu’il est très difficile d’être agréablement diverti devant. 

Qui veut la peau de Tom & Jerry

Copyright 2020 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved
Stars Chloë Grace Moretz
Film Tom et Jerry
Copyright 2020 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights ReservedStars Tom et Jerry

Commençons avec le visuel du long-métrage. Dans son nouveau film, Tim Story, réalisateur surtout connu pour les deux films Les Quatre Fantastiques dans les années 2000 et les deux Mise à l’épreuve dans les années 2010, fait le choix de transposer les personnages de Tom & Jerry dans un monde proche du nôtre. Un choix dans la même veine que le film Pokémon : Détective Pikachu sorti en 2019, mais avec des personnages qui gardent leur design d’animation. Dans notre long-métrage, tous les animaux de compagnie sont alors transformés en des personnages de la franchise Tom & Jerry. Une décision qui met, par conséquent, en place un univers mêlant l’animation et la prise de vues réelles, et qui permet alors de faire apparaître de nombreux autres personnages connus de la marque comme Spike le bouledogue ou Butch le chat noir. Une générosité allant même jusqu’à l’apparition de Droopy dans une fourrière (une apparition du personnage identique à celle du film de 1992, clin d’œil amusant ou gros manque d’inspiration ?). Si ce choix d’univers pouvait être intéressant sur le papier, malheureusement il ne l’est pas à l’écran, car le mélange acteurs et personnages d’animation ne passe absolument pas à l’œil. En cherchant à ne surtout pas modifier la structure 2D des personnages d’Hannah et Barbera lors de leur passage à l’écran, l’ensemble manque beaucoup trop d’harmonie. Problèmes de volume et de perspective, difficultés sur les ombres, dissonances entre les animaux et les acteurs démontrant un simple ajout en post-production de l’animation sans grande préparation au tournage, tout y est !

Pour finir, l’ensemble des défauts évoqués précédemment (comme une animation peu soignée, une mise en scène en manque d’inspiration, un jeu d’acteur limité, un scénario à peine réfléchi) n’est que le résultat d’un studio souhaitant un travail « bien assez suffisant » pour les enfants, son véritable public cible. Un choix dans les spectateurs qui n’est absolument pas un défaut et même plutôt logique face à l’image de Tom & Jerry. Cependant, cette position demande alors une réflexion sur le jeune public de nos jours et pourquoi ce dernier serait susceptible de s’intéresser à ce duo de 80 ans déjà. Une réflexion absente et qui est remplacée par de gros appels du pied vulgaires dans l’espoir d’intéresser la cible du film. Des appels du pied grotesques comme la danse de Fortnite par un des personnages principaux, des conversations à base de LOL et PTDR, des musiques avec de l’autotune, des animaux qui s’envoient des smileys par téléphone et un pigeon qui fait du rap (doublé par le réalisateur lui-même). Des idées présentes dans toutes les productions cherchant absolument à s’attirer la sympathie des jeunes alors qu’elles les méprisent profondément comme nous pouvons le constater avec ce manque de réflexion à leurs égards. 

Ce mélange n’est d’ailleurs pas aidé par la direction artistique du metteur en scène qui ne fait rien pour cacher ce problème visuel avec des acteurs en surjeu (normalement logique par rapport au ton léger du film mais qui ici permet surtout de faire comprendre aux spectateurs dans quel état émotionnel ils sont avec trop d’excès face à l’intrigue) ou une mise en scène extrêmement peu inspirée qui cherche surtout à montrer des personnages d’animation et des acteurs ensemble alors qu’ils ne s’accordent pas. Un choix visuel absurde avec l’idée de vouloir montrer un fort réalisme pour l’univers du film en transposant précisément l’intrigue à New-York, notamment dans un hôtel, certes fictif, qui puise son inspiration dans différents bâtiments distinctifs de la grosse pomme comme le Plaza Hotel. Néanmoins, face à cette direction artistique pleine de défauts, deux qualités sont à retenir. Pour commencer, certaines scènes de course-poursuite entre Tom et Jerry sont réussies (dont la meilleure reste celle où Tom essaie de s’introduire dans l’hôtel par une fenêtre, scène la plus proche du tempo comique des premiers courts-métrages du duo), car elles s’éloignent d’éléments rappelant l’univers ultra-réaliste où se situent les deux personnages principaux. De plus, le duo a obtenu plus de travail sur sa texture que les autres personnages d’animation du long-métrage. L’autre qualité à retenir est le rythme du film, qui enchaîne avec fluidité les scènes, jamais trop longues, malgré le propos général aberrant du divertissement.  

Un film Tom & Jerry qui ne veut pas de Tom et Jerry dans son histoire

Si le film n’est pas une réussite pour son esthétique, il l’est encore moins pour son propos. Précédemment, nous mettions en avant la grande difficulté d’allonger la confrontation entre Tom et Jerry au format du long-métrage, un défi que malheureusement ne relève pas avec succès le film de Tim Story. Pour cela, nous devons nous pencher sur l’histoire que propose cette version 2021 du duo. Dans le long-métrage, Tom et Jerry arrivent dans la ville de New-York et cherchent, chacun de son côté, un endroit où vivre. Jerry découvre alors le Royal Gate, un hôtel de luxe dirigé par M. Dubros (Rob Delaney) avec dans son équipe Terence (Michael Peña), le directeur des événements. Jerry décide alors de s’y installer. Une installation plus difficile que prévue quand Jackie (Ken Jeong), le chef cuisinier de l’hôtel, va découvrir qu’une souris se promène dans le bâtiment. Terence confie alors la mission de se débarrasser de l’intrus à Kayla (Chloë Grace Moretz) une jeune recrue qui souhaite faire ses preuves. Devant la difficulté de la mission, Kayla engage alors Tom pour attraper Jerry, surtout avant que l’animal ne soit vu par le jeune et riche couple qui vient d’arriver dans l’hôtel avec l’intention de s’y marier. Bien que simpliste, l’histoire semble correcte avec un ensemble d’éléments permettant d’offrir au spectateur un bon divertissement : un univers en place, un enjeu facile à comprendre, différents antagonistes… De plus, le scénario est propice à des confrontations entre personnages et à une guerre de territoire, soit les éléments toujours présents dans un bon court-métrage d’animation du duo mythique. Cependant, tous ces éléments autour de l’hôtel devraient simplement habiller et étoffer le sujet principal qu’est la confrontation entre Tom et Jerry. Une intention que le scénariste semble oublier en mettant les deux animaux de plus en plus au second plan au fil du film, jusqu’à devenir de simples faire-valoir à Kayla (le véritable personnage principal) qui souhaite avant tout la bonne tenue du mariage du couple (le véritable enjeu). Devenant secondaires, Tom et Jerry ne savent plus quoi faire devant une histoire qui souhaite surtout se débarrasser d’eux (littéralement, car nous assistons dans le film à une scène où ils doivent aller se balader dans New-York afin de ne plus être à l’hôtel pendant quelques heures). La conséquence de ce choix est de mettre alors en avant le reste des personnages de l’hôtel et leurs enjeux plus qu’eux. Un choix absurde devant le peu de profondeur qu’ils ont pour le film, offrant alors des propos gênants aux spectateurs, en plus de ne pas être les attentes d’un film qui s’intitule Tom & Jerry

Un film qui vise à côté de son public

Tom  & Jerry Smartphone
Copyright 2020 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights ReservedFilm Tom et Jerry

Du début à la fin et à tous les niveaux, le film transpire le manque d’implication et la volonté de se reposer uniquement sur la marque Tom & Jerry comme unique rentabilité possible pour le long-métrage. Une marque qui est constamment mise à l’écart dans l’histoire, alors qu’elle est le principal sujet d’intérêt de la production. On se serait attendu à un traitement encore plus travaillé que le reste du film là-dessus. 
Cette nouvelle aventure du chat et de la souris de William Hanna et Joseph Barbera s’apparente aux dernières créations du studio Warner Animation Group comme Scooby ! et sa volonté d’exploiter une marque en l’actualisant aux standards cinématographiques à succès de nos jours sans une véritable réflexion. On ne retrouve pas l’idée de jouer et détourner avec intelligence l’image d’une franchise, comme le faisait un des premiers films du même studio avec La grande aventure Lego. Une direction artistique qui ne rassure pas à l’approche cet été d’un autre film du studio mélangeant prise de vues réelles et personnages d’une autre grande franchise de l’animation, celle des Looney Tunes, avec Space Jam : Nouvelle ère. Les carottes sont-elles déjà cuites pour Bugs Bunny ?